“Les mots ont un sens” : portrait de l’éditeur François Maspero réalisé par Chris Marker (1970)

“Les mots ont un sens” : portrait de François Maspero (1932-2015) par Chris Marker (1970)

« Et ce qui m’apparaît encore plus clairement c’est que, oui, ce projet avait un sens. Même si l’édition n’a absolument rien à voir avec une création comme dans le cas d’une œuvre cinématographique ou picturale, même si elle n’est qu’une élaboration contingente, aléatoire, la mienne avait un sens, son sens, et j’aurais dû accorder plus d’attention au titre du film qui m’attribuait cette phrase : Les mots ont un sens.

Je doutais continuellement. J’avais tort. Il y a, bien sûr, des livres que j’aurais dû ne jamais publier – ces livres qui étaient censés “contribuer au débat” – et je peux en dresser la liste de mémoire. Je ne parle pas des médiocres, mais de ceux qui font vraiment honte : je les comptes sur les doigts d’une main. Mais il y a eu les centaines d’autres dont je sais qu’ils en valaient la peine. Ceux-là n’exaltaient pas les utopies, comme il fut de bon ton de le dire au temps suivant des “nouveaux philosophes” (…) »

Les abeilles et la guêpe, François Maspero (éd. du Seuil, 2002)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *