Qu’est-ce qu’un “explorateur” ? 11/2018

AVIS AUX EXPLORATEURS.

Le substantif “explorateur” est une ramification de ex plorare, transcrit littéralement : “couler (en dehors)”, “pleurer (en dehors)”. Une étymologie qui attribue à nos représentations des grands aventuriers une fragile note de lyrisme.

Des auteurs romantiques ont donné le sens actuel de ce mot au 19e siècle : Honoré de Balzac, François-René de Chateaubriand, Jules Verne. Ils ont utilisé ce mot pour parler d’un époque qui leur était bien lointaine, où l’on partait à la découverte des continents sur des vaisseaux à voile : le 16e siècle. Christophe Colomb n’aurait pas compris qu’on le désigne comme “explorateur”. Non pas qu’“explorateur” n’existait pas mais il voulait dire encore autre chose : missionnaire mystique, milicien du roi ou inspecteur des finances. Et comment désignerons-nous nos héros, nos prêcheurs, nos hommes de lois ? C’est aux linguistes qu’en reviendra de chercher les réponses à l’aide des nouveaux outils de traitement automatiques des langues (TAL) et les sensibilités propres à chaque époque.


QUELQUES LIVRES :
CHATEAUBRIAND, François-René de, Jean-Claude Berchet. Mémoires d’outre-tombe: précédés de Mémoires de ma vie. Paris: Le livre de poche, 2004.
LOTI, PROFESSOR PIERRE. LOTI-P. GALILEE (29eme éd.). S.l.: Hachette livre – BNF, 2013.
VERNE, Jules, Jean-Luc Steinmetz, Marie Hélène Huet, Jules Verne, et Jules Verne. L’île mystérieuse: Le Sphinx des glaces. Voyages extraordinaires 580. Paris: Gallimard, 2012.
CHOMSKY, Noam, Judith Milner, Béatrice Vautherin, et Pierre Fiala. Réflexions sur le langage. Paris: Flammarion, 2011.
SITES WEB :
Science pour tous : http://www.sciencepourtous.org
Université d’Avignon : http://gitlia.univ-avignon.fr
« Explorateur, trice ». Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales. cnrtl.fr, s. d.

 

 

« Parcourez-le, décrivez-le : quelque soin que vous mettiez à le parcourir, à le décrire ; quelque nombreux et intéressés que soient les explorateurs de cette mer, il s’y rencontrera toujours un lieu vierge, un antre inconnu, des fleurs, des perles, des monstres, quelque chose d’inouï, oublié par les plongeurs littéraires ». BALZAC Honoré de, Le Père Goriot, 1843.

Image : Caspar David Friedrich (1774–1840), View of a harbor (huile sur toile, 90 x 71cm).

 

 

Article : © Nouveaux Documents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *